jeudi 12 juillet 2018

Promets-moi d'être heureux ★★★★☆ de Célestin Robaglia


Un premier roman très agréable à lire, une écriture fluide, une jolie histoire sur la sobriété heureuse, un bel éloge à dame nature ; Bravo Célestin Robaglia, de partager avec nous cette histoire, bravo pour votre parcours personnel et merci. 
Un grand merci également à Babelio et aux éditions SOLAR pour ce très beau moment de lecture. 
En pleine période de doute, de questionnement, de vide, de moins bien ... cette reconnexion à la nature m'a fait le plus grand bien. 
Aucun druide pour ma part au fond de mon jardin pour m'aider à trouver des solutions, mais quelques outils (se défaire de nos à priori, de nos croyances, faire confiance à notre intuition,  renouer avec nos rêves, avec la nature, s'entraider...) libératoires à présent grâce à vous Célestin, et à votre roman. 
"Promets-moi d'être heureux"... une promesse qui ne devrait jamais nous quitter et nous permettre ainsi de savourer au mieux l'instant, vivre en harmonie avec soi, danser pied-nu (et ben oui pourquoi pas ;-)), s'affranchir de toute contrainte matérielle, vivre pleinement pour soi et avec les autres, savoir se réinventer...
MERCI. 
« La vraie source du bonheur est là, ici et maintenant, unique instant d’éternité que chaque être peut découvrir au fond de lui-même et que seule la sagesse du corps libéré du mental peut appréhender. »
***********************
« L'existence est le plus grand miracle qui soit, et les gens passent leur temps à la fuir.
Comme les autres, je descends. Comme tout le monde. Comme toujours.
Ce n'est pas rentable, la nature. Elle ne parle pas, elle se tait, elle se laisse faire. Vous pouvez déverser un pétrolier dans la Manche, bourre ses entrailles de déchets radioactifs, elle ne dira rien, et les quelques humains qui se sentent concernés n'ont rien d'autre que leurs larmes à opposer aux sociétés cyclopéennes et à leurs firmes de lawyers. Dans notre monde, l'argent est tout-puissant. Il permet tout, et justifie donc tous les moyens pour être acquis : la misère, la faim, la destruction même de notre planète... 
... le seul espoir qui me reste, le seul que je me permets : celui que la nature survive après l'inévitable cataclysme qui emportera les humains une fois qu'ils auront pollué la dernière source, transformé le dernier arbre en papier, consumé la dernière goutte de pétrole.
C'est la promesse de l'aube, qui porte en elle cet espoir fou que rien n'est joué et qu'il ne tient qu'à nous de décider de tout changer.
La coopération est une des grandes lois de la nature, et il est grand temps que l'être humain se le rappelle.
Le disque solaire pointe soudain à l'horizon, étirant sur les champs de blé sa lumière rosée.
...pour trancher entre deux impossibles, j'ai choisi de me couper de toute rationalité, de me laisser emporter dans une inconscience euphorique, laissant de côté mes doutes en me réfugiant dans la vague idée [...] que tout se résoudrait naturellement en temps voulu.
Ton chemin n’est pas le mien, ni celui de quelqu’un d’autre. Ta vie est unique, et toi seul a le pouvoir de choisir comment être heureux et ce que tu feras pour y parvenir… La voix de ton cœur est la seule qui puisse te guider de manière infaillible.
Se préparer au malheur, c'est le vivre deux fois.
Observe chaque croyance que tu as, sur la vie, l’amour, l’argent ou la mort, par exemple, et demande-toi : « Cette croyance me rend-elle heureux ? » Si ce n’est pas le cas, change immédiatement de croyance.
On aime prendre le rôle de victime, car ça permet d'évacuer momentanément son mal-être par la plainte, mais je te dis ceci : choisir d'être victime, c'est abdiquer son pouvoir.
Le chemin du bonheur n'a rien avoir avec le chemin de la justice. [...] si j'estime être à chaque instant le créateur de ma réalité, je m'offre l'opportunité de la changer quand le résultat que je vis ne me convient pas. Tu peux mettre autant d'énergie que tu veux à te plaindre, ça ne te rendra pas ta maison, mais tu peux reprendre ton pouvoir, utiliser cette énergie à trouver une issue positive, et le vent pourra alors soulever des montagnes.
La peur empêche essentiellement de profiter du moment présent. »
***********************
Quatrième de couverture

Maintenant, promets-moi d'être heureux, lui souffle Clara dans son rêve... 

Désabusé par la vie, Gabriel a renoncé à ses rêves de changer le monde. À 27 ans, il est enlisé dans sa routine parisienne et partage son quotidien avec son cousin Noé, un rêveur asocial. La vie de Gabriel bascule lorsqu'il se retrouve sans préavis tuteur d'Aziliz, sa nièce de dix ans. Avec une sagesse déconcertante, Aziliz remet en cause le simulacre de vie qu'il mène avec Noé et le pousse à écouter ses désirs enfouis. Gabriel se rappelle alors la promesse qu'il a faite à sa sœur, Clara, lors d'un rêve étrange. Poussé par cet engagement, il décide de tout plaquer. Sans projet ni point de chute, il part avec Aziliz et Noé direction la Bretagne, avec un seul rêve : trouver un lieu où ils pourront vivre en symbiose avec la nature. Pour Gabriel, c'est le début d'un cheminement personnel. Au contact de l'essence vibratoire de la forêt, il se reconnecte à sa propre nature et apprend à cultiver les bonheurs simples de la vie. Cette histoire poignante, au cœur de la forêt bretonne, promet de vous relier à la nature. Toute la magie de la sobriété heureuse pour vivre en harmonie avec soi...

Editions SOLAR, juin 2018

293 pages





Pour en savoir un peu plus sur l'auteur et son parcours de vie, c'est par ici.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire