vendredi 14 octobre 2016

Sacrifices de Pierre Lemaitre*****


Editions Albin Michel, octobre 2012
363 pages

Quatrième de couverture


« UN ÉVÉNEMENT 
EST CONSIDÉRÉ COMME 
DÉCISIF LORSQU'IL DÉSAXE 
COMPLÈTEMENT VOTRE VIE.
PAR EXEMPLE, TROIS 
DÉCHARGES DE FUSIL À POMPE
SUR LA FEMME QUE VOUS AIMEZ. »

Atmosphère glaçante, écriture sèche, mécanique implacable : Pierre Lemaître a imposé son style et son talent dans l'univers du thriller. Après Alex, il achève ici une trilogie autour du commandant Verhoeven, initiée avec Travail soigné.

«Lemaitre hisse le genre noir à une hauteur rarissime chez les écrivains français : celle où se tient la littérature.» 
Jean-Claude Buisson, Le Figaro Magazine


«Nous ne connaissons que le centième de ce qui nous arrive.
Nous ne savons pas quelle petite part du ciel paie tout cet enfer.»
William Gaddis, Les Reconnaissances

Mon avis ★★★★★


«C'est un lien sacrement fort, ce qu'on est pour les autres.»

La boucle est bouclée ! Après Travail Soigné et Alex, Pierre Lemaitre clôt brillamment la trilogie avec Sacrifices.
Un petit peu de réchauffé, notamment avec le personnage de Verhoeven, qui se met une fois de plus à dos sa hiérarchie, et enfreint les règles du bon soldat...mais comment lui en vouloir ? Tout le reste est tellement bon ! Une nouvelle fois, Pierre Lemaitre nous tient en haleine, n'a pas son pareil pour insinuer le doute, prendre son lecteur à revers, distiller suspense, rebondissements et humour noir. Que d'intensité une fois de plus, impossible de lâcher cet opus, un sprint du début à la fin, et une accélération irréelle en toute fin de course pour aboutir à un final renversant. Je finis sur les rotules, à bout de souffle, épuisée ... mais pas vaincue du tout, j'en redemande !! Je voulais laisser un peu de temps avant de m'attaquer à Robe de marié ... mais je ne vais pas tenir bien longtemps, à mon avis. Il m'attend bien sagement déjà, entre Darren Williams et Olivier Turc, pas tout à fait en pole position ... mais après tout ... c'est qui le patron ? ... Pierre Lemaitre, j'en ai bien l'impression !

Petit conseil, lire Travail soigné avant de vous plonger dans Sacrifices, pour vous imprégner au mieux des réflexions de Verhoeven, des ses états d'âmes, et ainsi mieux appréhender le déroulé de cette histoire.
«Qu'est ce que c'est beau chez les bourgeois. Ils seraient moins cons, ça donnerait presque envie d'en faire partie. Je me gare à deux pas du lycée, des filles de treize ans y portent des vêtemnts qui valent treize fois le SMIC. De temps en temps, on regrette que le Mossberg ne soit pas reconnu comme instrument d'égalisation sociale.
Qu'est-ce que tu veux, j'ai une taille de caniche mais des aspirations cosmiques.
Oublier est inévitable. Mais oublier, ce n'est pas guérir.
- Cette patiente a besoin de repos, lâche-t-il enfin. Elle a subi un traumatisme très violent. (Là, il fixe Camille.) Son état tient du miracle, elle pourrai être dans le coma. Elle pourrait être morte.
- Elle pourrait aussi être chez elle. Ou à son boulot. Tiens, elle pourrait même finir son shopping. Le problème, c'est qu'elle a croisé la route d'un type qui n'avait pas de temps à perdre, lui non plus. Un type comme vous. Qui pensait que ses raisons valent mieux que celle des autres.
En fait, ce sont souvent les événements qui décident pour nous. D'où la nécessité de calculer. D'anticiper.
Être vexé c'est le pire, pour un homme comme moi. La colère, on fait avec, on finit pas se calmer, on relativise, mais l'amour-propre, c'est terrible les dégâts que ça peut faire. Surtout chez un homme qui n'a plus rien à perdre, un homme qui n'a plus rien à lui. Un type comme moi, par exemple. Pour une blessure d'amour-propre, il est capable de tout. »
Du même auteur sur ce blog


      

                                         

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire